Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/06/2010

Escale technique

Devant les divers problèmes techniques, certains anciens (problème de dérive qui tape dans le puits bâbord, certains récents (pompe à eau bâbord défectueuse, eau chaude en continu sur le circuit bâbord....), il est décidé de rentrer vers le chantier.

Après avoir dit au revoir à nos équipiers qui rentrent sur Paris, nous quittons Puerto do Soller le vendredi matin car du NW est annoncé assez fort et nous aimerions passer avant. Nous allons tirer un grand bord de près serré avec 20 à 23 nds de vent et une mer qui vient de face, qui nous mènera au niveau de Blanes, puis nous longerons la côte toujours au près pour arriver à Canet en Roussillon le lendemain après 30 heures de nav. Le vent se lèvera peu après notre arrivée et bercera un nuit réparatrice.

Dès le lundi, le programme des réparations est mis en route. Il est décidé de sortir le bateau pour mettre des cales dans la partie basse du puits de dérive. La pompe est changée, mais la neuve est défectueuse d'emblée (comme quoi il existe encore un certain manque de fiabilité dans les matériaux installés dans les bateaux). Elle est changée et le problème du chauffe eau est vu avec comme diagnostic un clapet anti-retour défectueux (problème connu du chantier) qui nécessite la mise en place d'un clapet extérieur. On fera de même sur l'autre chauffe eau en préventif. Tout cela prend un peu de temps, et la semaine s'écoule avec un vent qui souffle les trois premiers jours avec 30 à 35 nds dans le port. Les nuages du vent s'étalent en lenticules depuis le Canigou.

Nuages lenticulaires
signe de grand vent

Les problèmes réglés, on se prépare pour un retour vers Soller. La météo annonce une fenêtre pour le dimanche et lundi avec du NW et du NE avec retour ensuite au sud qui nous ferait repartir au près ce qui donnerait du grain à moudre à Lucien (qui comprendra). La journée du samedi, après un rinçage à l'eau douce du bateau qui a récupéré le sable après les vents de terre, est consacrée au farniente. Nous passons un agréable moment avec Christophe et Rachel à la terrasse de la pagode de la plage où sangria et Manzanilla apprécient la brumisation régulière qui nous rafraichit.

20100606capcreus.jpg

Le départ se fait sous un ciel couvert et laiteux avec une visibilité limitée à 5 MN. Le vent prévu nous abandonne rapidement et nous poursuivons au moteur. Ce sera l'occasion de passer le Cap Creus de près entre les deux ilots qui le prolonge où Nastia, catana 58 qui sort du chantier, nous rattrapera avant de mettre le cap sur Cadaques.

Au Cabo de San Sebastian nous mettons le cap sur Soller et l'ENE prévu, qui se renforcera au petit matin nous permettra de rallier Soller avec des pointes à 9 nds sous solent et GV haute avec une moyenne de 7 nds. Notre vie à bord a pris son rythme de croisière. Une petite vidéo pour vivre ces instants

Nous arrivons à Midi à Puerto do Soller, après 170 mn, où nous mouillons dans la baie. Après un bon déjeuner, une sieste  réparatrice s'impose pour récupérer du manque de sommeil au cours de la dernière nuit passée en mer. Le lendemain matin,  un premier bain du matin dans une eau à 22° permet de vérifier que l'hélice n'est pas entravée. Il est ensuite temps de s'occuper des nouveaux problèmes techniques découverts durant la traversée :
- barre qui vibre à bâbord : suite aux réglages de barre effectués au chantier, plusieurs boulons sont dévissés. On ressert le tout ce qui s'averera efficace.
- nous nous somme rendus compte, au mouillage,  que nous n'avions plus d'information au sondeur. Appel aux spécialistes c'st le capteur qui est déficient et qui sera remplacé par un neuf.

Comme quoi, il y a toujours quelque chose à faire à bord d'un bateau. Mais que ne ferait-on pas pour profiter d'un aussi beau coucher de soleil

20100607couchersoleilsoller.jpg

30/05/2010

Rallye de l'Olivier

20100523olivier.jpgLors de notre rencontre au salon nautique avec Gloria, il avait été envisagé de participer au 1er Rallye de l'Olivier qu'elle mettait en place.

L'objectif de ce rallye était de promouvoir les valeurs de la méditerranée, l'amitié entre les peuples qui entoure ce bassin et veiller à la sauvegarde du patrimoine.

En valeur symbole un olivier serait planté dans les ports participants au projet.

Rendez-vous était pris pour un départ de Barcelone, qui nous permettrait de reprendre contact avec la mer après notre interruption pour raisons techniques et de santé.

Au ponton à Barcelone, nous sommes invités à un pot sympathique au Real Club Nautico de Barcelona où Gloria présente le projet et fixe le départ des bateaux à 16 heures. Nous faisons connaissance de notre voisin, Jean-Louis, pour qui ce sera sa première traversée en solitaire sur son océanis 311, Xadel.

20100521captine.jpg

 

A 16 heures, la rembla de Mar qui s'ouvre pour nous laisser sortir avec 15 nds de vent de SW. Les nouveaux équipiers Philippe et Martine, sont à poste et participent à la manoeuvre. La grand voile est hissée avec un ris, pour expliquer la manœuvre et dès la sortie du port nous pouvons envoyer une voile d'avant. La grand-voile est rehissée haute et nous filons 6 nds au bon plein. La mer est belle.

Le vent va mollir dans la nuit et à minuit nous sommes obligés de mettre le moteur devant une absence totale de vent et mer lisse. Au coucher du soleil, les dauphins sont venus rendre visite au bateau en jouant avec les coques, puis sont partis vaqués sur d'autres vagues.

 

 

20100222Soller1.jpgLes deux Martine prennent le premier quart ensemble et comme dit Martine « les deux moitiés, font le quart ». Elles auront l'œil fixé sur le radar et l'AIS allant jusqu'à réveiller le cap'tain pour un « gros » qui arrive sur nous et que l'on ne voit pas. Elles n'avaient pas totalement intégré l'échelle de la carte, ce qui fait que le « gros » en question devait être à environ à 20 milles nautique soit, 40 Km. L'esprit en repos, le cap'tain repris sa veille dans la couchette en attendant son quart. Philippe eut droit au coucher de lune et le cap'tain au lever du jour et du soleil. Une interwiev des équipiers est réalisée: voir la vidéo

Seules les nageoires des poissons lunes agitait la surface de l'eau sur une mer qui brillait au soleil levant.

 

Arrivée à Soller
Préparation à l'accostage

La découverte de l'entrée de Soller est un émerveillement et pour apprécier encore mieux cette magnifique baie, un petit vent de travers se met à souffler au moment de prendre l'amarrage au ponton, compliquant un peu la manœuvre. Jean-Louis, parti un peu avant nous attend pour récupérer nos aussières et nous nous amarrons à coté de son bateau.

Le responsable du port, très zen, nous apporte de bons conseils.

La passe de Soller
Au ponton à Soller

Gloria est la pour nous accueillir et nous préciser le programme de la journée du lendemain et nous offir un beau tee-shirt aux couleurs du rallye.

Après une bonne sieste réparatrice, nous découvrons les petites rues et le paysage grandiose de cette baie bien abritée au milieu des montagnes alentours.

Après un petit Te' Punch pour fêter toutes ces premières avec Jean Louis, nous ferons une bonne nuit réparatrice.

La mousse au travail
Petit dej'

Le lendemain, après nettoyage du pont avec la rosée et des inox (faut qu'ça brille, mousse) et un bon petit déjeuner, nous nous préparons pour les festivités. Elles débutent par une cérémonie officielle en présence du maire et des représentants du Gouvernement des Baléares, avec remise officielle d'un olivier importé par le bateau en provenance d'Argeles. Une musique majorquaine avec cornemuse, flute et tambourin ponctue les discours. Nous aurons les honneurs de la presse (charger l'article)

Petit discours
et Musique

Nous poursuivons la matinée avec la visite du musée maritime qui montre les diverses émigrations des sollerics en fonction des aléas liés à l'exportation des oranges et de leurs maladies.

L'équipage devant l'Olivier
Voile latine

Un bon repas majorquais nous attendait ensuite nécessitant une sieste réparatrice suivie du premier bain de l'année dans une eau fraiche à 19°.

repas entre amis
Cuisine Majorquine

Le lundi de Pentecôte, à 10 heures, les équipages sont en attente du tramway électrique, datant de 1913, qui va nous emmener à la ville de Soller distante de 3 km. Ce petit tram circule en longeant la baie puis les jardins de citronniers et d'orangers, faisant la liaison plusieurs fois par jour depuis sa création.

La baie vue
du tramway

Nous nous arrêtons sur la « Placa Constitutio » et nous sommes accueillis dans la belle salle de la mairie par Ramon Bisbal Bauza, président de l'association Franca vall de Soller (francavalldesoller.org) qui regroupe des français, descendants des émigrés et des majorquins, pour préserver la culture et l'histoire de la vallée de Soller.

Mairie
Salle du conseil

Après une belle présentation de l'histoire de la ville, nous partons visiter la Sa Luna, plus vieille rue de Soller avec ses nombreuses boutiques qui retiendrons le regard des deux Martines.

Placa constitutio
Eglesia San Bartholomeu

Nous avons la chance de pouvoir visiter la Can Prunera, maison moderniste du début du siècle avec une architecture extérieure et intérieure de toute beauté. Cette propriété construite par un majorquin qui avait fait fortune à Belfort renferme une collection d'œuvres d'art extraordinaire. Les Galeries donnent sur un jardin rempli de charme.

can Prunera
et son jardin

Après ces promenades,  nous nous restaurons de Tapas excellents dans un restaurant tenu par un descendant de marjorquin revenu au pays possesseur d'une cave bien achalandée.

Coopérative
François

Nous partons ensuite à la découverte de la Coopérative agricole, située à la sortie de la ville où nous avons la chance de rencontrer, François, tel qu'il se prénomme lui-même, ayant travaillé 32 ans la et qui se fait un plaisir de nous faire découvrir toute la chaine de fabrication de l'huile d'Olive. On fera ensuite nos emplettes, avec des oranges et des citrons magnifiques qui nous donnerons un jus apprécié au retour au bateau.

Emplettes
Huile et oranges

La soirée se terminera par une dégustation d'Aligoté, de Douro et de Son Bordills (blanc de blanc majorquais) en compagnie de l'équipage de Diomédea et du skipper de Thalassanté. Diomédéa est un vieux ketch appartenant à Dominique,e, qui navigue avec ses copains de promo dentaire depuis 48 ans. Thalassanté est un magnifique sloop gréé en cotre de 60 pieds en alu. Les deux bateaux sont marseillais.

Diomédea et son équipage
Thalassanté

Avec la fin du Rallye chacun reprend la mer vers ses propres destinations. nous resterons quelques jours avec nos vaillants équipiers pour approfondir notre connaissance de l'ile et se préparer pour rejoindre Canet pour d'ultimes mises au point.

05/04/2010

L'Almanach - Mars 2010


Mars 2010
Pensée du mois

A celui qui ne sait pas vers quel port il navigue, nul vent n'est jamais favorable

Nouvelles de Brise dhe Mar

Brise dhe Mar s'est refait une santé

L'hiver rude qui a touché la France cette année a permis au bateau et à l'équipage de se refaire une santé.

Les problèmes d'antifouling ont été traités par la société Océoprotec. Il semble que des problèmes d'incompatibilité chimique soient à l'origine de l'absence d'accroche du produit. Ces difficultés ont permis à la société d'approfondir ses connaissances. Le bateau a du être entièrement sablé avant qu'une nouvelle application soit réalisée fin mars. Une fois ce problème réglé, il a été possible d'envisager la suite des adaptations à apporter au bateau, riche de l'expérience des premières navigations. Nous l'avons rejoint pour réaliser tout cela sous les premiers soleils printaniers.


Sable et neige
Coque en réfection

Après un bon bilan médical, il a été possible d'éliminer des problèmes sévères pour le cap'tain et il a été décidé de repartir en prenant le chemin des écoliers. Chemin au cours duquel des amis viendront nous rejoindre pour certaines escales.

Le programme de navigation a été calé pour l'année à venir avec participation à deux rallyes : Celui de l'Olivier et celui des Iles du Soleil Cela devrait nous emmener jusqu'en avril 2011.


Evènements du monde

C'est le mois du nouveau record du trophée Jules Verne, emporté par Franck Cammas et son équipe en 48j 07h 44mn et 52s, battant le catamaran Orange II de plus de deux jours. Le parcours fût difficile et la victoire assurée par une remontée éclair de l'Atlantique Nord. Félicitations à toute l'équipe dont nous avions pu visiter le bateau en escale à Cascais au Portugal. Pour tout savoir sur cette performance, visitez le site le plus documenté sur le sujet, réalisé par notre webmaster préféré : voir l'histoire du Jules Verne .


Météo du mois


Canet en Robe blanche
En robe blanche

Le printemps est arrivé à la date prévue passant des températures glaciales que nous avons connues tout l'hiver à un printemps doux, le jour officiel (21 mars) Le sud n'avait pas été épargné et Brise dhe Mar s'est retrouvé sous 40 cm de neige. Nous avons eu les conditions requises pour que le proverbe bourguignon se réalise

Pour que l'année soit à souhait, il faut qu'il neige au moins neuf fois