Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/08/2009

Actualités

Une inspection de la coque de Brise dhe Mar a confirmé des problèmes d'antifouling (revêtement appliqué sur la coque et destiné à la protéger des algues et autres mollusques) et quelques problèmes de finition de la stratification qui après confirmation des spécialistes nécessitent un convoyage vers le chantier de Canet en Roussillon. Le travail sera ainsi parfaitement réalisé par les professionnels connaissant bien le bateau. Au vu de ces évênements, la suite du programme sera revue ultérieurement car Brise dhe Mar va être immobilisé provisoirement.

17:45 Publié dans 11 Escales | Commentaires (0) | Tags : escales, construction

26/07/2009

Lagune de Faro

De Portimao à la lagune qui s’étale entre Faro et Olhao (prononcer »O-lé-o ») protégée par les ilha de Barreta et Culatra, environ 30 milles. Départ à 8 heure pour essayer d’arriver à l’étale de pleine mer à l’entrée de la lagune à Cabo de santa Maria, pour éviter les courants forts.

La marina est quittée rapidement et nous envoyons la GV dans la rade de Portimao. Dès la sortie le vent monte rapidement d’un cran pour atteindre 18 à 20 nds ce qui nous oblige de prendre un ris car nous sommes au bon plein. La mer est courte, un peu hachée mais non formée car le vent vient de terre. Le bateau file à plus de 8 nds qui nous font gagner de l’avance sur l’horaire. C’est la fin de la brise de terre qui devrait nous lâcher vers 10 heures. Une veille permanente est nécessaire devant la présence de nombreux filets de pêche. Comme prévu le vent molli en fin de matinée et nous finirons au moteur sur une mer lisse pour franchir l’entrée de la lagune par la barra nova. Il faut bien arrondir la pointe car il existe une remontée des fonds par banc de sable. Nous arrivons au bon moment de la marée et le courant est encore un peu favorable. Après avoir repéré les bouées, nous prenons le chenal qui nous conduit à Ponte Cais, petit port sur l’île de Culatra devant lequel nous mouillons à l’endroit prévu par 3 mètres de fond. A côté de nous, un beau cata du nom de Boa Ideia, dont le propriétaire nous fait un salut que nous lui rendons.

Après-midi farniente, pour prendre la mesure du mouillage est être certain que le bateau est solidement ancré au fond.

Port et Mouillage Ponte Cais
Coucher de soleil sur Faro

Le lendemain, on part en repérage en annexe pour une petite ballade dans l’île. Un port de pêcheurs, pas de voitures, quelques tracteurs. Nous traversons la rue principale du village recouverte de grandes dalles posées sur lit de sable qui nous conduit par un petit chemin sur pilotis jusqu’à la plage en face de l’océan de l’autre côté de l’île.

La Grande Rue
de Ponte Cais

Une fête se prépare pour l’anniversaire de l’île. Dimanche, c’est fête au village avec accordéons, démonstration de danse de salon sur une piste de danse improvisée avec lino posé sur le sable. Les jeunes couples montrent leurs talents et les danses arabes sont particulièrement appréciées par les spectateurs hommes. Tous les officiels sont là : sapeurs pompiers, officiers de marines… Une forte activité anime le port et la soirée se poursuivra tard dans la nuit « berçant » nos oreilles par une sono bien sentie. On vous l’avait dit, on est abonné aux fêtes estivales portugaises.

La place des festivités
la Chapelle

Un gros nuage noir et du vent nous tirent de la couchette sur le matin. Le plan d’eau sera un peu animé jusqu’en fin de matinée avec même quelques gouttes, puis tout se calme. Nous invitons nos voisins de Boa Ideia à venir à bord. C’est l’occasion de faire connaissance de Pedro et Eduarda. Ils laissent leur catamaran, un casamance datant de 1991 de Chez Fountaine Pajot, depuis un an ici après l’avoir retapé lors de l’achat. Ils s’expriment très bien en Français et nous pouvons mieux faire connaissance des lieux dont ils sont devenu des familiers. Ils prennent leur temps pour découvrir et connaître.

Boia Idiea
Les voisins de mouillage

Prendre son temps, cela ne va pas de soit, contrairement à ce que l’on pourrait penser. C’est toute une éducation à mettre en œuvre. En deux mots passés avec un navigateur français au mouillage, venu me demander une météo, lui qui vit de cette façon depuis plusieurs années, il m’indique qu’il faut parfois plusieurs mois pour s’adapter à ce nouveau rythme du temps.

Petit matin sur Culatra
Le ferry pour Faro

Par temps un peu voilé, nous prenons le bus de la lagune en direction d’Olhao avec remontée du chenal qui nous laisse tout loisir d’admirer les nombreuses cigognes qui se sont établies ici. Elles ne descendent plus au Maroc pour hiverner, signe d’un réchauffement climatique. Il faut dire qu’elles ont tout ce qu’il faut ici : soleil, poissons à profusion et lagune découvrant largement à marée basse permettant de picorer. A marée basse c’est les travaux « des champs ». Chacun va ramasser des coques dans sa parcelle découverte.

Travail "aux champs"
Les cigognes

Le bateau-bus nous dépose près de la marina, qui est d’un accès difficile avec des bancs de sable qui ne laissent qu’un passage étroit pour y accéder.

Après un petit tour au marché couvert où s’étalent de nombreuses variétés de poissons, nous exerçons notre portugais auprès d’un policier local pour trouver un taxi pour Faro. Les sons commencent à rentrer dans l’oreille car nous trouvons facilement, sur ses indications, le chemin à travers de petites rues piétonnes très agréables et animées.

La vieille ville de Faro, où l’on pénètre par l’Arco da Vila où sont perchés les nids de cigogne est très calme. De petites rues pavées permettent d’accéder à la Se cathédrale qui préside une belle place où poussent les orangers. Une fois les remparts franchis, on aperçoit les bateaux au mouillage dans les derniers méandres du chenal de la lagune. Les rues piétonnes du quartier commerçant nous mène à un restaurant avec sa terrasse ombragée où s’entremêlent orangers, citronniers, arbre à fruit de la passion. Les perroquets de l’estaminet voisin contribuent au charme de l’endroit.

Arco da Villa
La Se

Sur le chemin du retour, nous rencontrons Pedro et Eduarda en discussion avec Loic, Français qui séjourne sur place avec son bateau dans la marina et effectue des petits travaux en électricité pour faire bouillir la marmite.

Ils sont venus avec leur bateau et nous allons rentrer au mouillage à leur bord.

La soirée se déroulera sur leur bateau qu’ils ont aménagé avec goût, à déguster des huîtres de la lagune et écouter des musiques originales. Morceaux de fusion entre Bach et musique Africaine très étonnant ainsi que Vivaldi et musique irlandaise (c’était l’époque des échanges musicaux : 0’Carolan, musicien irlandais aveugle qui avait rencontré le compositeur Geminiani découvrait par son intermédiaire les œuvres de Vivaldi qu’il allait diffuser à travers l’Irlande avec des arrangements personnels). La soirée se termine par un magnifique coucher de soleil sur la lagune avant un retour en annexe à bord.

Voisins de mouillage
Coucher de soleil

17:01 Publié dans 11 Escales | Commentaires (2) | Tags : escales, rencontres

21/06/2009

Visite du trimaran Groupama 3

Au programme du dimanche, on retourne à Cascais, ce port apprécié des plaisanciers et vacanciers de Lisbonne, situé à 10 km à l'ouest dOeiras (Portugal), où est arrivé le maxi trimaran Groupama 3 qui achève ici sa "Route des Filiales" entamée en mars 2009.

Le trimaran Groupama 3 de Franck Cammas en escale à Cascais

C’est l’occasion pour nous de visiter un trimaran de course aux dimensions impressionnantes : longueur 31.5 m - largeur : 22.5 m - tirant d'air : 41 m. - poids : 18 tonnes. Le second de Franck Cammas nous indique faire des pointes à 45 nds et une vitesse fréquente à 40 nds. Je n’imagine pas les sensations que cela doit procurer. La taille des winch impressionne la cap’tine qui préfère nettement notre petit chez nous à l’aménagement spartiate du grand chez les autres.

Groupama 3 doit quitter le Portugal le 24 juin, pour rejoindre New-York afin de se mettre en stand-by pour une tentative de record de la traversée de l'Atlantique Nord (2925 milles nautiques), qui est détenu par un certain ... Franck Cammas en 4 jours 3 heures 57 minutes et 54 secondes.

Visite guidée du trimaran

23:05 Publié dans 11 Escales | Commentaires (1) | Tags : escales