Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/12/2013

passager clandestin

20131123ratphoto.jpgEn route de Puerto Velas à Sal par 30 nds de vent, quart de nuit, 3 heures du matin : Anne Sophie veille. Soudain, deux yeux sorte du râtelier des bosses de ris. Anne Sophie se trouve nez à nez avec un gros rat. Le lendemain, on se demande si elle n’a pas d’hallucinations nocturnes.

Nouveau quart de nuit et cette fois si Anne Sophie photographie la bête. Plus de doute nous avons un passager clandestin à bord. La traque s’organise car le risque est important que la bestiole grignote les câbles ou les bouts. Pendant la traversée, il doit rester cantonné dans le compartiment des bosses de ris sous le bateau. Avec la mer rencontrée, cela doit être un peu humide.

A l’arrivée à Sal, on laisser trainer quelques croutes de fromage qui disparaissent, la bête est toujours à bord.  Dans la nuit on entend l’animal qui se promène au-dessus de nos têtes. Il a réussi à pénétrer sous les aménagements intérieurs et se promène dans tout le bateau. Au matin, on découvre un paquet de brownie déchiqueté dans notre placard à nourriture. On bouche l’orifice de communication du placard et on range tous les aliments dans des  boites. Il va être temps de trouver une solution.

La seule solution pour en venir à bout est de trouver une tapette à rat. Dans les rues d’Espargos, nous faisons plusieurs magasins dont les commerçant gentiment nous adresse de l’un à l’autre. Se faire comprendre en portugais pour décrire ce type d’ustensile n’est pas de la première facilité.. On recours au dessin et on finit par nous adresser chez une vieille dame qui tient une droguerie à l’ancienne qui nous montre de magnifiques tapettes grands modèle.

On équipe l’engin de jambon salé de qualité et on le positionne pour la nuit. On entend rapidement la tapette qui racle sur le pont. Tout le monde sort pour constater que le rat vient de trépasser victime de sa gourmandise. C’est une bête de 20 cm de long plus la queue. Il va rejoindre rapidement l’élément liquide où il entrera dans la chaine alimentaire.

Nous rejoignons les couchettes, rassurés. Evènement anodin à terre, ce problème peut s’avérer responsable de gros soucis en bateau.

18:11 Publié dans 05 Rencontres | Commentaires (3)

Commentaires

Bonjour,
Moi, je pense mieux vaut un rat qu'un requin. Mais pour vous c'est autre chose, parce que à ce que j'ai compris il peut causer des dommages importants. C'est amusant de lire comment acheter qc quand il faut essayer de se faire comprendre dans une autre langue. Heureusement qu'il y a des langues différentes, ça rend la vie plus intéressante (à mon avis).
J'ai cherché le mot cadènes, ça ne me dit toujours pas grand'chose, mais ça doit être sérieux. J'espère que vous pouvez continuer votre voyage et que tout va s'arranger. On suit votre voyage et il faut le dire, parfois on est un peu jaloux!!!
Ici tout va bien, on a eu beaucoup de neige, 30 cm!! Il y en a toujours un peu, mais ces derniers jours on a eu du beau temps. Pourtant nous sommes heureux de partir bientôt au soleil!
Bonne continuation et nos meilleurs vœux pour 2014!
Jacqueline

Écrit par : jacqueline verschuren | 21/12/2013

Bravo à toute l'équipe pour cette aventure qui vous laissera beaucoup de souvenirs
dommage pour cette panne, vraiment la vie 'n'est pas un long fleuve tranquile'
Je vous souhaite un retour paisible malgré l'écourtement de votre séjour
et une fin d'année 2013 pour trouver les solutions adéquates.
Colette THOMAS

Écrit par : Colette THOMAS | 27/12/2013

Bravo à toute l'équipe pour cette aventure qui vous laissera beaucoup de souvenirs
dommage pour cette panne, vraiment la vie 'n'est pas un long fleuve tranquile'
Je vous souhaite un retour paisible malgré l'écourtement de votre séjour
et une fin d'année 2013 pour trouver les solutions adéquates.
Colette THOMAS

Écrit par : Colette THOMAS | 27/12/2013

Les commentaires sont fermés.