Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/11/2008

Premier contact avec les Baléares - 1994

J’avais longtemps hésité à naviguer aux Baléares, avec dans la tête l’image de côtes bétonnées et de lumières de boites de nuit.

On décide toutefois de tenter l’expérience, n’ayant que onze jours de congés, en louant sur place un Antigua 37, ce qui évitera de perdre du temps à s’acclimater au bateau., ayant navigué l’année précédente sur la même unité en Corse.

Port de Pollenca
Cap des Pinar
Baie de Pollenca

L’équipage cette fois est uniquement familial.

Nous appareillons le 3 juillet par 5 nds de SW qui nous oblige à tirer des bords sous GV et foc. Le départ a été un peu perturbé par un premier bain motivé par une épontille prise dans l’hélice. Pour une première journée, et afin de laisser le temps à l’équipage de s’amariner, nous ferons environ 40 milles pour mouiller derrière l’île Moltona. Le fond rocheux recouvert de sable n’est pas de bonne tenue et nous mouillons pour la nuit devant la plage de sable désertée.

L'équipage au complet
Les plongeurs
l'annexe plongeoir

Pour amortir une année chargée sur le plan professionnel, nous restons la journée au mouillage avec activité aquatique pour l’équipage et promenade sur le petit îlot.

Le vent ENE 8 à 15 nds, nous obligera à poursuivre au louvoyage vers Port Colom où nous arrivons en fin d’après-midi.

Petite visite de la ville, loin des clichés bétonnés. Très agréable.

Nous poursuivons notre remontée des côtes est de Majorque en visitant les nombreuses Cala. La Cala Mitjana qui était prévue pour le mouillage, est un peu encombrée, nous poussons jusqu’à la Cala Arseneau où nous serons seuls pour la nuit. Le mouillage est un peu danseur, mais avec le catamaran ce n’est pas un problème.

Cala Arseneau - alignement
Cala Arseneau
Cala Arseneau - Le calme

Un peu plus loin, nous découvrons la Cala Magraner où nous mouillons sur fonds sableux. La Cala est étroite entourée de falaises où se nichent de nombreux oiseaux. Dans ce cadre très sauvage, nous pouvons nous baigner dans des eaux bleues turquoises.

Nous pousserons jusqu’à la Cala Mandrago, pour retrouver là encore des paysages superbes dans un calme serein.

Cala Mandrago
Cala Mandrago
Cala Mandrago

La cala Figuera, avec sa tour typique qui signale l’entrée, nous permettra d’accoster au quai pour une visite du village. Des rochers surplombent une eau bleue et c’est l’occasion pour les mousses de jouer aux plongeurs de la mort en sautant de 3 à 4 mètres dans une eau au bleu pur.

Entrée Cala Figuera
Les Plongeurs de la mort
Cala Figuera

Nous décidons de faire un cochet par l’île de Cabrera qui avec les nombreux îlots qui constituent l’archipel est un parc national (Parque Nacional del Archipiélago de Cabrera). Sur le trajet pour fêter l’anniversaire de la cap’tine, les dauphins viennent jouer sous les coques, passant sous le filet pour la plus grande joie des mousses. Nous longeons le nombreux îlots, mais nous ne mouillerons pas car il faut une autorisation préalable. La journée se terminera au mouillage à Puerto campos où nous resterons une journée tranquille car les vacances tirent à leur fin.

Nous passons devant la Cala Pi où il est impossible de rentrer car il y a trop de monde : nous approchons de Palma. Nous irons mouiller à Cala Portals.

Cala Portals
Baie de Palma
Fin de croisière

Puis ce sera le retour sous spi vers Palma où nous resterons une journée pour visiter l’intérieur de l’île. Nous traversons de petits villages avec des terrasses couvertes de treilles. Sorti de l’agglomération de Palma, on retrouve un charme très agréable.

Avant de rentrer, nous ferons un petit dîner de tapas, savoureux à point.

Cette courte croisière nous a changé notre opinion sur les Baléares, et nous projetons d’y revenir pour visiter les autres îles de l’archipel.

Des animaux domestiques
où sauvages

Les commentaires sont fermés.