Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/11/2008

Equipage au complet - Bretagne sud - 1990

Pendant deux ans, bien que m’étant rapproché professionnellement de la mer, les occasions de naviguer se sont faites rares. Après avoir pris un bon cap, les tempêtes professionnelles ont nécessité une mise à la cape avant de repartir pour de nouvelles directions. Le temps de stabiliser le navire et son équipage et il est à nouveau possible de retrouver avec un équipage renforcé d’un troisième mousse, l’élément marin.

Avec trois mousses de 2 à 7 ans, le programme sera tranquille pour poursuivre l’adaptation au milieu et le faire apprécier au jeune équipage.

199007maldivenavp.jpgNous retenons un Maldives au nom épicé de « Paprikat » (L. 9,60 m,l.5,33m,Tirant d’eau.0,90 m), bien équipé avec spi et moteur hord bord 9,9cv.

Nous prenons le bateau à Port Kernevel de Lorient le 15 juillet. Nous appareillons avec petite brise de 5nds qui nous pousse jusqu’au Palais de Belle-Ile où nous mouillons dans l’avant port pour amariner l’équipage. C’est la première fois que nous naviguons la famille au complet.

Emeric a été baptisé à la mer et il a salué Neptune par ses premières « fusées ». Cela ne lui coupe pas le moral, ni l’appétit après une petite sieste bien méritée.
Pour le baptême, le soleil dégage la brume à l’arrivée.

Le lendemain nous irons nous échouer au pied de la citadelle pour la faire découvrir aux enfants, puis nous ferons un petit tour sur le port avec ses étale de poissons frais.

Pour le premier tour en Bretagne sud de l’équipage complet, l’escale à Port Argol d’Hoëdic s’impose. La brume nous accompagne, puis le vent tombe. Nous terminerons au moteur, mais avec le retour du soleil. Nous plantons l’étrave dans le sable, un bout à terre, une ancre à l’arrière. La nuit se passera au sec.

La journée ensoleillée du lendemain incite au farniente, aux châteaux de sable et au carénage pour le cap’tain.

La météo annonce un anticyclone centré sur la mer du Nord générant des vents E à SE 2 à 4 beaufort. Cap sur les Glénans, avec une navigation de nuit. Nous levons l’ancre à 1 heure du matin, heure de déséchouage fonction de la marée. La Teignouse est passée vers 3H puis les Birvidaux.

Vers 6 h, Thibault émerge de son sommeil et vient se caler contre moi qui barre un bateau qui taille sa route. Je n’oublierai jamais son regard lorsque le soleil fait miroiter ses premiers rayons sur la surface bleutée. Un signe pour l’avenir ?

Vers 7h, je relève Pen Men de Groix au 45 et à 9h nous plantons la pioche devant Penfret.

La première nuit en mer des mousses s’est très bien passé, Ils peuvent s’égayer sur le pont sous un soleil magnifique.

Nous avons fait une belle traversée à 6,6 nds de moyenne dans les conditions optimums. Comme je l’avais écrit sur le livre de bord : « une belle nuit en mer »

199007navequipage.jpgAprès une bonne journée de baignade et de ballade sur Penfret, nous allons échouer sur l’île du Loch après une traversée du lagon sous Foc et soleil.
Cette île privée, n’est pas habitée et abrite des colonies d’oiseaux qui passe en rasant, comme pour nous signaler notre intrusion. Deux petits poneys se promènent en toute liberté.C’est un endroit magique pour les mousses qui peuvent se croire sur une île déserte.

Nous mouillons pour la nuit devant Pen Maryse à Penfret. J’ai été chef de centre cet endroit, pour stage débutant avec des départs de plage souvent mouvementés compte tenu des rouleaux.

On décide un aller-retour vers Concarneau pour avitaillement et petite toilette de l’équipage. Sur le retour en fin d’après-midi, je verrai mon premier mirage en mer, comme s’il existait une forteresse sur les îles des Glénans défendue par de hautes murailles rocheuses ressemblant aux falaises d’Etretat. Je rassure le lecteur : j’étais à jeun.

Le lendemain, je note chaleur torride, vent nul. Nous mouillons derrière Guignenec pour une journée farniente-baignade .

199007lestroisgarsaven.jpgAyant apprécié l’Anse Toulven, je veux la faire découvrir aux enfants. Nous quittons l’Archipel par le Run et embouquons l’Odet en fin de matinée. Pour attendre le courant nous crochons un coffre devant le château de Karantec.

Le flot nous rejoint vers 15 h et nous mouillons en vue d’un échouage avec une aussière à terre en fin d’après-midi. Nous retrouvons les paysages ruraux et les hérons. Pendant la nuit nous aurons droit à un magnifique son et lumière distribué gracieusement par le ciel qui se soulageait de ses excès de chaleur.

Au petit matin retour avec le courant vers Benodet pour un avitaillement et retour sous une brise de SE 10 nds vers St Nicolas où nous attendent moules marinières, lieu et far breton chez Castric, la meilleure auberge des Glénans.

Pour ne pas rester en reste avec les rivières bretonnes, nous mettons le cap sur Port-Manech pour remonter la rivière de Pont-Aven. Moins majestueuses que l’Odet, mais plus sauvage, c’est une belle balade qui nous conduit à Pont-Aven en début de soirée. La promenade nous permet d’apprécier le charme de cette bourgade aux maisons anciennes,ses galeries de peinture et sa célèbre Ecole de Pont-aven

199007portpontaven.jpgCrêpes pour tout le monde et bonne nuit échoué à quai.
Le départ est sonné pour 8h30 pour prendre le courant et une heure plus tard nous mettons le cap depuis Port Manech en tirant des bords toute la matinée.
En début d’après-midi nous laissons le sémaphore de Groix à tribord, de même qu’un sous marin sortant de Lorient. Nous avons le plaisir de finir la croisière sous Spi pour arriver à Kernevel en fin d’après-midi.

Le lendemain sera consacré au nettoyage du bateau après avoir laissé échapper le réveil, les mousses commençant à mettre la main à la pâte.

La reprise n’a laissé que de bons souvenirs et on songe déjà au futures croisières que la cap’tine aimerait faire sous des cieux plus doux.

Brice
Thibault
Émeric

Les commentaires sont fermés.