Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/11/2008

Delta 7 - Calanques Cassis - 1985

Année très importante sur le plan professionnel, puisque je passe ma thèse de Docteur en médecine de même que deux certificats complémentaires.

Je n’en quitte pas pour autant le milieu maritime car, fort de l’expérience acquise en naviguant sur des catamarans et sensibilisé au problème du handicap compte tenu de mon orientation en Médecine Physique et de Réadaptation, j’ai choisi comme sujet de thèse, la mise au point d’un catamaran conçu pour faciliter la navigation aux personnes porteuses d’un handicap.

198507delta7.jpgCe projet initié par le Centre de rééducation de Kerpape, près de Lorient, et soutenu par l'association Delta 7 (rubrique voile), est dessiné par un bon marin, parti top tôt d’une grave maladie, Gilles Gahinet.

En bateau, le premier problème est la gîte, éliminée par le recours au catamaran ; le deuxième problème est celui du déplacement qui la plupart du temps même pour des valides se fait en position assise.

Pendant plusieurs mois, je vais suivre la mise en œuvre portée par une idée simple. : c’est le milieu qui est handicapant, adaptons le milieu, et le handicap se gomme.

Le travail consiste a calculer les meilleures cotes qui permettront un déplacement dans le cockpit avec accès aux manoeuvres , puis vers le carré et les espaces de vie en respectant un déplacement en position assise.

198507Delta7B.jpgLes Ergothérapeutes du Centre vont faire un gros travail en liaison avec l’architecte qui aboutira à un bateau, à la fois très performant sur le plan marin, mais également très facile d’accès pour des personnes à mobilité réduite. C’est l’occasion de remercier tous ceux qui m’ont aidé dans cette tâche et plus particulièrement le Dr Michel B. (médecin directeur de Kerpape), Bernard G.(animateur et président de l’association Deltamaran), Thérèse L. (paraplégique, championne d’escrime et navigatrice), Marie Christine D. et Sandrine N. (ergothérapeutes)

Je travaillerai plus particulièrement dans le cadre des personnes paraplégiques (perte de l’usage des membres inférieurs) avec les conséquences liées aux risques du milieu marin chez ces personnes ayant perdu, entre autre, la sensibilité cutanée.

Nous procéderons à la mise à l’eau et aux premiers essais avec Patrick Lemestre qui m’a apporté une bonne expérience de navigation avec des personnes paraplégiques.

Pour la mise à l’eau embarque un jeune équipier, détaché de l’armée pendant son service militaire, du nom d’Alain Gautier, qui a fait, depuis, son chemin sur l’eau.

Ce bateau permettra à de nombreux handicapés de naviguer en collaboration avec des valides, sur un bateau très performant.

Tous égaux à la manoeuvre
Le plaisir d'un bateau performant
A table - Le même appétit

 

Les Calanques de Cassis

Peu de temps, avant la thèse et pour souffler un peu, nous partons naviguer une petite semaine avec les amis de la vieille garde pour tâter d’un nouveau catamaran avec dérives qui sort du chantier Fontaine Pajot : il s’agit du Louisianne. C’est le précurseur des catamarans modernes avec des performances très intéressantes.

Après avoir pris le bateau à Hyères, nous décidons de tirer vers les calanques de Cassis.

Le bateau marche bien et nous filons une dizaine de nœuds sous spi. Un vrai plaisir. Nous passerons la nuit à la calanque d’En-Vau. A cette saison un seul bateau au mouillage. La mer rentre un peu et nous le voyons faire le métronome.

Nous invitons le propriétaire à nous rejoindre à bord. Il est déjà passablement surpris par le pot de fleur qui est sur la table et, au bout de quelques instants, il ne se sent pas bien, souffrant du mal de terre. Un bon pastis remettra cela d’aplomb.

Nous finirons la croisière par un bon tour des îles d’Hyères, Porquerolles et Port-Cros, aux mouillages et paysages enchanteurs.

Les commentaires sont fermés.