Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/12/2013

De Tarrafal à Mindelo

Nous levons l’ancre du  mouillage de Tarrafal au lever du soleil avec une mer plate et peu de vent. Une petite traversée de 45 MN nous attend. Nous décidons de laisser les  ilheu Raso et Ileu Branco sur notre tribord pour profiter des courants de marée dans les chenaux. Cela nous donnera environ 2 nds supplémentaires au passage des iles.

Départ de Tarrafal
Les ilots
Ilheu Branco

Nous laissons Santa Luzia à tribord pour aborder sao Vicente par le sud pour avoir la marée avec nous.. En début d’après midi, nous arrondissons la punta Machado  cap sud de Sao Vicente, et prenons le canal entre Sao Vicente et Santo Antao par calme plat.

Punta machado
On arrondi le cap
la baie

Nous arrivons dans la baie de Mindelo . Après repérage de la marina, nous faison le plein de gaz oil et après discussion avec les responsables de la marina nous rejoignons notre place au Cat way.

Coté cour
La marina
Coté plage

Nous envisageons de rester une dizaine de jours ou moins pour attendre la bonne fenêtre météo pour la traversée.

Cette escale est notre dernière escale au Cap vert après avoir visité les ilhas du Barlavento.

capeverdemap.jpg

15:48 Publié dans 10 Carnets de navigation | Commentaires (0) | Tags : navigation

22/11/2013

De Puerto Velas (Canaries ) à Sal (Cap Vert)

Nous appareillons le 16 au matin sous 2 ris et moteur pour s’éloigner des calmes de la côte de la Goméra. Notre route nous fait longer Hiero dernière iles des Canaries vers l’Ouest. Rapidement le vent monte à 15/20 nds. Le bateau marche bien à 7 nds.

 
Départ de Puerto Velas
 


Le vent qui adonne (à chercher dans le lexique pour les néophytes) nous fait remonter vers l’ouest. En début de nuit nous décidons d’empanner pour pouvoir ensuite faire un bord direct vers Sal au Cap Vert notre prochaine destination. Il y a 25 nds de vent et une mer déjà formée. L’empannage se passe bien mais lorsque l’on relâche l’écoute au vent, le ris lâche. Rapidement nous prenons le troisième ris. On verra demain pour la réparation.

 
Tenue de Gros temps
 


La nuit nous permettra d’avancer sous un vent entre 15 et 20 nds et mer pas trop formée. La journée du 17 sera agréable avec un vent régulier et mer belle. Nous profitons de ce temps pour repasser la bosse de ris dans les réa de la bôme. Exercice de pendule en bout de bôme pour Thibault et opération réussie. Nous gardons le troisième ris, car du vent plus fort est annoncé sur les fichiers météo pris avant le départ et confirmé par ceux pris en Nav par le téléphone satellite.

 
Réparation en bout de bôme
 


La vie s’organise avec surveillance - quelques bateaux seront croisés - navigation, lecture et sieste pour être en forme pour les quarts de nuit.

Nav, lecture et
sieste

Nous avons droit à notre premier grain tropical en début de nuit avec le vent qui monte à 30 nds en quelques minutes et une petite pluie fine. Je suis sorti rapidement pour aider Dominique en tenue de nuit. Cela réveille. Une fois réduit la toile d'avant, retour dans la couchette pour moi et quart pour Dominique.

20131120poissonvolant.jpgEn milieu de nuit le vent rentre jusqu’à 30 nds. Nous roulons un peu de solent et nous sommes content d’avoir déjà notre 3eme ris en place. Le bateau est bien équilibré sous cette voilure et file bon train.  Le vent est établi et va souffler entre 25 et 30 nds (force 6 à 7) pendant plus de trois jours La mer se forme sur un train de houle de 3 mètres. Chacun essaie de dormir pour se préserver. Au petit matin, la mer est blanche. Le bateau taille la route poussé par le vent et la houle.

 

Nous avons la visite régulière sur le pont de poissons volants dont un qui s’explose contre la coque. Cela nous permet d’admirer ses magnifiques ailes avec lesquels ils surfent au-dessus des vagues.

 

La cap’tine fait une nouvelle fois la démonstration de ses talents culinaires avec un choix de menu et de desserts dignes d’une grande table marine. Elle est concurrencée par Thibault qui nous sert une magnifique tarte au citron. Pour ceux qui s’inquiéteraient de notre ligne, nous vous donnons un petit aperçu de la carte du bord.

Bonite fraiche – ratatouille - salade ananas,mangue arrangée au rhum

Pâtes sauce au thon -  gâteau de semoule.

Souffle au fromage -  salade mélangée - melon d’Espagne

Salade composée – tortilla -  fruits

Cabillaud - pomme de terre à la peau – mayonnaise - Tarte aux pommes Au troisième jour, décommandé pour la première journée de mer)

Pizza faite maison -  petits pois –carottes - banane

Escalopes de porc -  pâtes tomates -  quatre quart aux pommes fait maison

Omelette jambon cru - salade haricots verts - tomate

Et la superbe Mousse au chocolat  de la Chef.

 
Concours Master Chef Maritime
 


Le mercredi, le vent commence à baisser mais reste établi vers les 22 nds dans la matinée. La Houle reste présente .

En fin de journée, le vent se calme un peu et nous finissons la traversée à la barre pour ne pas avoir à empanner et passer la pointe de l’Ile de Sal.

Nous arrivons vers 3 heure du matin. Tout le monde est réveillé et se retrouve sur le pont pour le mouillage. L’approche n’est pas difficile mais il faut faire attention à des tonnes d’amarrage mal éclairée. Nous nous calons sur les feux de mouillage des autres voiliers et sur les trajectoires que nous avons préparé sur la carte. A 4 heures , l’ancre est au fond après 4 jours et demi de navigation dans la baie de Porto Da Palmeira. Nous avons fait une bonne moyenne avec des conditions un peu musclées, mais sans plus pour ce type de bateau.

Tout le monde rejoint ses bannettes. Nous jetons un oeil dehors le jeudi matin tôt pour apprécier la qualité du mouillage. Nous sommes dans le chenal d’entrée du port. On décide de se rapprocher de la côte pour dégager le chenal quand la police maritime approche le bateau. On leur montre que l’on change de mouillage et ils nous font signe qu’il n’y a plus de problème. Ils doivent être habitués. Trois autres bateaux se trouvaient dans la même situation que nous.

 
Baie de Port Palmeira
 


La baie est abritée dans un environnement très désertique. Nous prenons notre premier bain Cap Verdien dans une eau à 24° avec une pensée pour ceux qui sont sous la neige. C’est l’occasion de faire une bonne toilette à l’eau de mer et rinçage eau douce.

 
Petit Bain du matin
 


Il faut procéder aux formalités d’arrivée. Thibault nous débarque avec Dominique. On se rend à la policia municipal au centre ville (200 m du port). Nous sommes bien accueilli. La première partie des formalités est rapidement menée. On doit laisser le livret de francisation au bureau pour le récupérer avant de partir. Il nous faut ensuite aller à l’aéroport distant d’environ 6 km. Un bus local nous y emmène, récupérant des usagers le long de la route.  Compte tenu des nombreux départs par avion, la douane ne peut nous tamponner les passeports. Nous devrons revenir amanhà….. ce qui sera fait sans difficultés.

Afin de fêter la belle traversée réalisée par un équipage émérite, on sort le crémant et tenue de sortie. Menu : cuisses de canard confites et spaghettis – Crème au chocolat arrosé d’un Chateauneuf du Pape 2006. Le cap’tain a sorti sa tenue de soirée tahitienne.

 
fête de la traversée
 


Sur un beau coucher de soleil, l’équipage va s’offrir une belle nuit réparatrice suivie d’un bain matinal.

20131121couchersoleil.jpg

Page réalisée en direct de l'ocean Cafe de Santa Maria de Sal

15:45 Publié dans 10 Carnets de navigation | Commentaires (2) | Tags : navigation

15/11/2013

De Gran Tarajal à La GOMERA

On quitte Gran Tarajal en début d’après-midi pour une traversée de nuit  afin d’arriver au petit matin au mouillage d’Anfi del mar sur Grande canarie dont nous a parlé Patrice. C’est une tirée de 55 MN et la première nuit de navigation pour les nouveaux équipiers. On organise les quarts pour la traversée. Les équipières feront le début de nuit, les équipiers la nuit.

Gran tarajal
Crépuscule
Barre de nuit


Petite brise pour partir jusqu’à la zone de survente qui contourné les iles avec un vent qui forci à 23-25 nds.  Le bateau sous I ris+ Solent allonge la foulée avec 8 à 9 nds de moyenne. Résultat nous arrivons un peu tôt au mouillage et nous mouillerons de nuit en nous calant sur l’enseigne lumineuse d’un grand hôtel de luxe. Le lendemain matin, nous sommes au milieu d’un circuit de jet ski et nous nous rapprochons de la côte pour être tranquille.

La journée débute par un petit bain matinal de la cap’tine dans une eau à 23°. La baie est entourée d’hôtels, mais reste agréable. Le mouillage est bon.

La baie
Petit bain
Mouillage


Nous consacrons la journée à la visite de Grande Canarie. Nous louons une voiture et  notre première étape nous conduit à puerto Mogan, joli petit port d’une vingtaine d’années avec des canaux et des ruelles fleuries.

 
Puerto Mogan
 


Nous poursuivons notre périple par les dunes de Maspalomas à la pointe sud de l’Ile.  On se croirait en plein Sahara, d’autant plus que le soleil est de la partie.

Les dunes
de
Maspalomas

 

C’est l’occasion pour l’équipe de jouer aux explorateurs.

     


Cap au nord vers Arucas pour visiter une distillerie de Rhum Canarien. Pas de chance, elle est fermée. Cela nous donne l’occasion de visiter  les rues de cette petite ville, de découvrir sa cathédrale en pierre de lave et de se restaurer de quelques tapas.

 
Arucas
 


Nous rejoignons Firgas, réputée pour ses fontaines qui dévalent les rues.

les Fontaines
Firgas
 


Des céramiques représentent  les diverses iles des Canaries. Un petit panel de nos escales.

Nous sommes à près de 600 mètres et il fait nettement moins chaud qu’au niveau de la mer.

Lanzarotte
 Fuertoventura  Gran Canarie


Après une soirée calme au mouillage, nous appareillons au lever du jour. Un petit tour à Puerto Rico, port proche de notre mouillage pour faire le plein de gaz oil et nous mettons le cap sur Ténérife (55 MN). Après quelques milles nous rencontrons la zone de survente ouest. Pour une navigation plus tranquille nous avons pris un deuxième ris en prévision. Nous filons quand même à 8 nds. C’est l’occasion pour la cap’tine qui s’est pris un petit paquet de mer, de lancer la mode tendance du ciré mini-jupe, et pour les hommes notre mannequin du bord propose le ciré short.

Mode tendance femme
Un monstre
Mode tendance homme


Nous apercevons à mi-parcours le pico de Teide (3718 m) plus haut sommet d’Espagne qui sort des nuages. Nous croisons un monstre des mers qui se détourne pour passer derrière nous. Nous arrivons en fin d’après-midi à Los Christianos. Il n’est plus possible d’entrer dans le port et nous mouillons devant une petite anse pour admirer un magnifique coucher de soleil sur l’ile de la Goméra, notre prochaine destination.

Pico de Teide
déjeuner
Coucher de soleil sur Gomera


Une traversée courte débutée au moteur, permettant de charger les batteries et de faire fonctionner le dessalinisateur pour remplir nos réservoirs d’eau, retrouve nos habituelles zone de survente qui nous permettent de faire du chemin. Malgré un vent soutenu de 23-25 nds, chacun s’occupent entre jeux de société, farniente et barre.

Pointe de la Goméra
Jeux
la Cap'tine à la Barre


Nous atteignons la pointe de l’ile de la Goméra impressionnante avec ses falaises multicolores qui plongent dans la mer.

 
Les falaises
 


Nous arrivons en début d’après-midi au Puerto de Veltas pour nous mettre à quai. Des pécheurs viennent de rentrer et nous en profitons pour acheter une belle bonite. Le port est au pied des falaises, très encaissé. Des rafales de vent dévalent de la Vallée. Mais nous sommes bien amarré.

 
Puerto Velas
 


La journée d'escale nous permet de préparer le bateau et de visiter Gran Valley avant de partir pour le Cap vert demain.

20131111firgasgomera.jpg

la Goméra

A la prochaine